Coronavirus – COVID-19

Guide pratique pour l’organisation du travail

Mise à jour :  14 Avril 2020

Toutes les entreprises du Québec, leurs gestionnaires et leurs employés ont un rôle à jouer afin de réduire les risques de propagation du coronavirus.

 

Ce guide à l’intention des organisations et de leurs leaders, vient compléter les informations émises par les autorités gouvernementales et de santé publique.

Ce guide propose quelques recommandations et aspects à considérer afin que les entreprises puissent assumer pleinement leur rôle social et ainsi contribuer à ralentir au maximum la propagation du virus au sein des entreprises tout en maintenant au maximum l’activité économique.

État d’urgence
sanitaire au Québec, décrété le 13 mars 2020

Faits saillants des mesures gouvernementales

Interdiction des rassemblements intérieurs et extérieurs
Respect d’une distanciation physique de deux mètres avec les autres personnes à l’extérieur du domicile
Fermeture, jusqu’au 1er mai 2020, de l’ensemble des établissements des réseaux de l’éducation
Fermeture de commerces essentiels tous les dimanches du mois d’avril, excluant les stations-services, les dépanneurs, les pharmacies et les commandes pour emporter dans les restaurants
Depuis le 25 mars 2020 à minuit, la Loi sur la mise en quarantaine oblige toute personne revenant au pays à s’isoler pendant une période de 14 jours. Ces personnes doivent faire preuve de vigilance et surveiller leurs symptômes.
Incitation, pour les personnes âgées de 70 ans et plus, à rester à la maison

Devoirs et
obligations

Selon le Code du travail du Québec, les entreprises ont une obligation en matière de santé et de sécurité du travail envers leurs salariés, notamment en cas de pandémie comme celle que nous vivons actuellement.
Les entreprises sont tenues de mettre en place tous les moyens adaptés aux risques encourus et doivent s’organiser pour anticiper et limiter la propagation du virus le tout, en gardant en tête les besoins des employés.
Les obligations des entreprises s’accentuent. Surveillez l’évolution de vos obligations chaque jour.

Devoirs et
obligations

Selon le Code du travail du Québec, les entreprises ont une obligation en matière de santé et de sécurité du travail envers leurs salariés, notamment en cas de pandémie comme celle que nous vivons actuellement.
Les entreprises sont tenues de mettre en place tous les moyens adaptés aux risques encourus et doivent s’organiser pour anticiper et limiter la propagation du virus le tout, en gardant en tête les besoins des employés.

Le gouvernement du Québec ordonne de réduire au minimum, depuis mercredi 25 mars à 00:01 et jusqu’au 4 mai 2020, l’ensemble des services et activités qui ne sont pas prioritaires. À noter que le télétravail et le commerce en ligne sont permis en tout temps pour toutes les entreprises. Le télétravail ne doit pas faire en sorte d’obliger des employés à se déplacer sur les lieux du travail.

Les obligations des entreprises s’accentuent. Surveillez l’évolution de vos obligations chaque jour.

Rappel des précautions de base

Cela inclut :

Se couvrir la bouche et le nez avec le coude ou un mouchoir lorsqu’on tousse;

Se laver souvent les mains à l’eau savonneuse pendant 20 secondes;

Éviter de toucher ses yeux, son nez ou sa bouche avec ses mains non lavées.

Autres mesures

1. Télétravail

La COVID-19 se propage le plus souvent par des gouttelettes respiratoires (éternuement), un contact physique avec une personne infectée ou avec une surface infectée.

Le télétravail pour tous les rôles où c’est possible constitue donc l’approche à adopter afin de freiner la propagation du virus en limitant le contact entre les personnes.

Le télétravail avec enfants autour doit être expérimenté avec plus de souplesse. Consulter la section Bonnes pratiques pour plus de détails.

Au plus fort de la pandémie, tous les emplois jugés non essentiels impliquant des déplacements vers le lieu de travail doivent cesser.

2. Quarantaine

3. Voyage d’affaires

Les entreprises doivent annuler les voyages non nécessaires partout et surtout dans les zones à risque.

Aussi, on peut raisonnablement penser qu’il serait légitime pour un employé d’exercer son droit de refus si un employeur insistait pour l’envoyer dans une zone à risque.

Le gouvernement canadien recommande présentement à toute la population d’éviter tout voyage non essentiel à l’extérieur du pays, et ce, jusqu’à nouvel ordre. Par ailleurs, les frontières de nombreux pays sont fermées, contraignant tout déplacement à l’étranger.

Par ailleurs, le gouvernement canadien interdit aux Canadiens ayant des symptômes de la COVID-19 de prendre des vols intérieurs ou le train au Canada.

Nous rappelons également que des contrôles routiers ont été mis en place afin de limiter les entrées et sorties dans plusieurs régions au Québec.

4. Employé contaminé

Si un employé déclare sa contamination avant de retourner sur les lieux de travail, l’employeur a la responsabilité de lui demander un certificat médical avant de le réintégrer sur les lieux de travail.

Si un employé s’est présenté sur les lieux de travail en étant contaminé, l’employeur a également le devoir de communiquer avec les autorités de santé publique pour connaître les mesures adéquates de décontamination des lieux et de gestion de la situation.

Bonnes pratiques

1. Les entreprises ont un grand potentiel de limiter la propagation du Virus avec les mesures suivantes :

  • adopter une communication constante avec les gestionnaires et employés afin de minimiser la panique et le climat anxiogène qu’une telle crise peut provoquer.
  • donner le pouvoir décisionnel aux gestionnaires dans le cadre de la gestion quotidienne de son équipe.
  • inciter les gestionnaires à communiquer fréquemment avec leurs employés et innover dans leurs approches pour minimiser les risques de contagion et faciliter la collaboration à distance quand c’est possible.

2. Seulement les activités prioritaires doivent être maintenues. Les employés ont besoin de se sentir en sécurité pour bien vivre la crise. Gardez en tête que plusieurs de vos employés devront effectuer leur travail avec des enfants à la maison. Démontrez une flexibilité pendant la crise.

3. La transparence vaut souvent mieux que l’incertitude et les rumeurs. Dans le cas d’un ralentissement économique pour l’entreprise, et dans le respect de sa capacité, il est fortement suggéré d’explorer les mesures alternatives avant les mises à pied temporaires, comme les congés volontaires sans solde, les heures réduites, le gel des recrutements, etc. Encore une fois, le travail à distance devrait être favorisé pour maintenir leurs activités et assurer une rémunération continue aux employés, quand cela est possible. Dans ce cadre, rappelons que les travailleurs ne pouvant se présenter à leur emploi en raison du virus, qui auront épuisé les congés de maladie ou autres absences autorisées, auront des prestations d’assurance-emploi dès le premier jour, sans délai de carence (voir Guide Ascendis sur les mesures gouvernementales pour particuliers et entreprises). 

4. Dans le contexte du maintien des services essentiels et la reprise d’activités économiques prioritaires, les employeurs sont invités à faire preuve de souplesse dans les horaires de travail de leur personnel, de façon, par exemple, à limiter les foules présentes dans le transport en commun aux heures de pointe.

5. Rappelons que la fidélisation des employés demeure un enjeu crucial pour les entreprises. Lorsque la crise sera passée, ce sont toutes les mesures de soutien aux employés que les employeurs auront pu mettre en place, dans le respect de leurs capacités, qui pourront faire la différence et fidéliser les gens.

6. Télétravail en compagnie d’enfants: Voici quelques suggestions pour s’accorder un temps d’adaptation, éviter les pièges et revoir notre conception de la productivité (pour soi ou en tant que gestionnaire, pour les autres).

 

Diriger et/ou opérer par mission et revoir les priorités

  • Travailler avec les résultats en tête
  • Expérimenter la flexibilité des horaires pour réduire l’anxiété
  • Quantifier la productivité autrement qu’en heures, en rapidité de réponse ou en présence devant l’ordinateur

Organiser des rencontres d’équipe virtuelles

  • Assurer une compréhension commune des missions collectives et individuelles
  • Maintenir les statuts individuels
  • Prendre le pouls régulièrement pour s’ajuster

Intégrer les enfants dans votre horaire de travail en instaurant un vrai rythme travail et famille

  • Utiliser votre temps de transport pour prendre des poses avec eux
  • Étendre votre horaire de travail sans pour autant y passer tout votre temps

Exemple d’horaire avec les enfants

5h à 7h : activité physique, courriels et projets urgents au travail bloc 1
7h30-8h : déjeuner avec les enfants
8h-10h : travail bloc 2 (+-2h)
10h : pause collation ou organisation du prochain bloc devoirs / enfants
10h30 – midi : travail bloc 3 (+-1h)
Midi-13h: pause famille/dîner
13h-15h : travail bloc 4 (+-2h)
15h-16h : activité avec les enfants
16h-16h30 : travail et courriels (+-30 min)
16h30-19h : obligations familiales et activités avec les enfants
19h-21h : courriels, projets urgents travail bloc 5 (+-2h)
22h : repos

Notez que les possibilités de configurations d’horaires de télétravail avec enfants sont infinies et chaque jour peut être différent. Soyez créatif et conciliant envers vous-même et les autres.

Aux employeurs de jouer : Votre rapport au télétravail, votre empathie et votre ouverture influenceront l’engagement et la performance actuelle ainsi que la rétention future de vos employés.

Récapitulatif

  • Soyez à l’écoute de vos employés
  • Soyez en contrôle
  • Soyez juste
  • Restez à l’affût et adaptez vos mesures à votre contexte et la situation évolutive
  • Communiquez fréquemment
  • Acceptez les rythmes de travail différents
  • Surveillez l’actualité et ajustez le tir chaque jour, la situation évoluant rapidement
Pour toutes questions, contactez:

Chantale Ranger

Isabelle Toundjian